L art de la photographie du paysage : règles à suivre !

Même si l’on est animé par un très vif intérêt pour les spectacles de la nature, la grande photographie de paysage n’est pas aussi facile à réussir qu’on pourrait le croire. Non seulement les sujets tout fait sont rares, mais encore si vous ne vouliez vous fier qu’à votre goût et le plus instinctif, vous seriez vite amenés à convenir que la qualité d’une photographie de paysage n’est pas seulement le fruit d’un acte intuitif, mais aussi celui d’une obéissance à un certain nombre de règles.

Ces règles, s’il n’est pas souhaitable de les codifier car l’excès de théorie nuit à la création, il faut pourtant les étudier et pour qu’elles trouvent leur pleine application, un tempérer le dogmatisme par une curiosité affective de la nature, une sensibilité toujours éveillée, une éducation artistique prenant ses sources dans toutes ses les manifestations de l’art, fussent-elles apparemment très éloignées de la photographie. Si vous cherchez à faire œuvre personnelle et parfois œuvre d’art vous devait construire votre de telle façon que l’idée et le sentiment qui vous ont inspiré soit exprimé clairement. Vous y parvenez par le choix d’un point de vue, la qualité du cadrage, la beauté de l’éclairage séparant bien les plans en profondeur.

Photographier, c’est choisir, donc réfléchir ! Le photographe fait son choix entre les différents motifs qui se présentent à lui en réfléchissant à leur transcription graphique. Le paysage n’est donc pas un banal témoignage de ce que l’on a vu. C’est une construction graphique possédant une signification mentale une valeur esthétique déterminée. A vous de la trouver ou de la deviner !

Photographie d’un paysage : du cadrage à la composition

Si le photographe n’a pas la possibilité d’agir directement sur les éléments constitutifs d’un paysage, s’il ne peut se déplacer une ligne d’arbre ni dériver le cours d’une rivière, il est pourtant possible de modifier la proportion des éléments entre par le choix d’un point de vue plus ou moins rapproché du sujet principal. On ne peut donc dire, à proprement parler, quand on compose une photographie, mais que le paysage offre l’occasion la plus riche de faire des photographies de paysages qui satisfassent sur le plan de la composition.

La composition a fait de tout temps l’objet d’innombrables théories toutes rattachées à la géométrie : ligne, surface, volume… Même un adversaire de toute théorie ne peut nier que les chefs-d’œuvre en tout lieu et de tous les temps possèdent une sorte d’écriture sous-jacente. Il faut qu’à la vue de votre image qu’elle soit sur papier ou projeté sur un écran, le spectateur est, du premier coup d’œil, l’impression que cela se tient, qu’il y ait en d’autres termes unité équilibre. Qu’il commence son examen par l’élément principal, la partie la plus intéressante du motif et qu’enfin son œil le conduise ensuite vers telle ou telle zone où il découvrira les éléments secondaires selon leur ordre d’importance.

photographier le paysage

Que doit donc faire le photographe pour respecter à tout prix cette idée d’unité, pour éliminer tout ce qui est hétéroclite, insolite, au détail en quelque sorte, ne sera pourtant pas au motif qu’il a choisi ? Il doit changer son point de station, se déplacer à gauche, à droite, en avant, en arrière, attendre encore qu’un personnage est traversé le chant avant de déclencher. Vous voyez bien que cette définition de la photographie : c’est choisir, donc réfléchir, et mise en pratique dans tous les cas de la photographie de paysage.

Évidemment, ce choix exige quelques recherches. Le peintre possède des moyens que le photographie ignore : il supprime ou de vente ou encore il transpose tel motif pour le peindre là où sa présence concourt à une meilleure composition de la peinture. Le photographe paysagiste subit, lui, mais il a la faculté de choisir comme nous l’avons expliqué plus haut le point de station optimale : celui où, précisément, tout paraîtra ordonné et répondra à l’idée d’unité qui préside à son choix. Ajoutons qu’il dispose, en outre de pouvoir faire varier la hauteur de l’appareil au-dessus du sol : hauteur permettant d’élever ou d’abaisser la ligne d’horizon, donc de donner plus ou moins d’importance au sol par rapport au ciel qui est également un facteur très important : ciel léger de l’Île-de-France, ciel lourd de menaces d’orage, ciel azuréen des paysages de Provence ou de la Méditerranée.

Le choix d’un objectif photo est primordial

 

Si vous possédez un appareil photo numérique à objectif photo interchangeable et que vous puissiez à volonté utiliser un objectif de longue focale, vous pourrez, sans changer de place éliminer un premier plan intempestif qui démolit l’unité du sujet et resserré en quelque sorte le motif. Au contraire, si vous souhaitez élargir la composition, un objectif de court focal vous en donnera la possibilité.

Photographier le paysage : composition de l’image « points forts »

 

Si l’on considère un rectangle ayant des dimensions dans le rapport de l’image enregistrée par votre appareil photo et que nous le divisions par nombre impair de tranches égales, les lignes que l’on trace s’appelle lignes fortes et les points de rencontre des vertical et des horizontales point fort. Ces lignes fortes répondent à l’idée d’inégalité qui est un autre commandement qui réagit tout art graphique.

photographier le paysage

Composé, c’est aussi guidé l’œil du spectateur dans son examen. Supposons qu’on bouquet d’arbres occupe l’axe vertical, notre œil, repoussé par le côté gauche du cadre, se portera tout naturellement vers la droite ou y trouvera le rappel constitué par une autre zone d’intérêt, mais des intérêts moindres. Si vous photographiez un paysage ou les terrains sont particulièrement intéressants, le ciel ne sera qu’une mince bande. Au contraire, pour une architecture dans un paysage à l’auteur avec de magnifiques futaies, la ligne d’horizon sera basse.

Il faut donc prendre un parti : c’est-à-dire satisfaire à l’idée d’inégalité pour éviter que tous les éléments prennent la même importance. Une fois de plus, ces choisir donc réfléchir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

FERMER
CLOSE